Le REIKI, la bienveillance et l’harmonie

Dans une société qui semble parfois devenue folle à force de courir après le temps, la performance, la compétitivité… chacun d’entre nous a besoin d’un havre de paix, d’une parenthèse, contrepartie du désenchantement ambiant.

Le ReiKi offre un espace de bienveillance. Tout en douceur, l’énergie vitale universelle nous enveloppe, procurant une sensation de délassement infini. De nouveau reliés, le corps et l’esprit touchent à la plénitude.

 

 

 

Pour présenter cette pratique initiée au Japon par le maître Mikao Usui, au début du 20ème siècle, voici l’histoire vraie de Léa, Sam et Hawayo : tous trois ont été apaisés et restructurés par leur rencontre avec le ReiKi.

Léa, une jeune femme dynamique, mais manquant de confiance en elle, a tout à tour exercé les métiers de vendeuse, caissière et téléopératrice…

Un jour, elle accompagne une amie à une séance de ReiKi : séduite, elle y retourne seule. Un « renouveau intérieur » s’opère en elle. Elle réalise alors qu’elle désire s’occuper des tout-petits…

Devenue assistante maternelle agréée, Léa suit avec enthousiasme des cours de ReiKi : ayant dénoué ses blocages énergétiques, elle transmet même sa nouvelle « positivité », à d’autres.

Sam a un problème… particulier : sa jambe droite s’est subitement engourdie. Au fil des semaines, la gêne persiste. Très ennuyeux pour ce brillant étudiant, adepte de sports nautiques…

Adressé à un praticien de ReiKi par son médecin traitant, le jeune homme confie : « Au bout de quatre séances qui ont consisté en appositions des mains du praticien, sur ma tête essentiellement, j’ai pu marcher de nouveau normalement ! »

Malgré son esprit rationnel –et sa réticence initiale-, Sam n’envisage plus sa vie sans le ReiKi.

Changement d’époque : le Japon, en 1935. Hawayo, d’origine japonaise, vit à Hawaï. Veuve et maman de deux enfants, elle souffre de violentes douleurs abdominales. Alors qu’elle se trouve au Japon pour y être opérée -une appendicite aigue et des calculs biliaires ayant été diagnostiqués-, on lui parle de la clinique du docteur Chujiro Hayashi, un maître de ReiKi formé par Mikao Usui : renonçant à l’opération, elle est soignée dans cet établissement et ses troubles physiques disparaissent totalement en six mois*.

Remplie de gratitude et d’admiration, Hawayo Takata décide alors d’étudier auprès du praticien ; de retour à Hawaï, elle deviendra le premier Maître Reiki d’Occident**.

L’expérience de nos trois « héros », révèle toute l’étendue des bienfaits de cette méthode.

C’est donc à un voyage à travers les continents, les sensations, les émotions, que l’Académie de ReiKi vous convie.

Ce vaste périple, commence par vous-même…

Il n’y sera pourtant question que d’ouverture au monde et à l’autre, de transmission d’énergie et de rééquilibrage.

Inspirez profondément… et découvrez « l’énergie vitale universelle »…

S-O-U-R-I-E-Z.

Le plus grand des défis, est à votre portée : devenir vous-même. Libéré des tensions, inhibitions et angoisses accumulées au fil des épreuves –petites ou grandes- de l’existence.

En accord avec votre être profond. Qui sommeille encore, peut-être. Pourquoi ne pas le réveiller ?

Grâce au ReiKi, vous allez vivre la plus belle des expériences.

 

 

* Il n’est pas question d’opposer médecine et approche holistique : ces deux formes sont complémentaires.

** En 1937.
Pour développer sa pratique aux Etats-Unis et la rendre conforme à l’inconscient collectif américain, Hawayo Takata a quelque peu « réinventé » l’histoire du docteur Chujiro Hayashi.

Elle a toutefois transmis le ReiKi tel que celui-ci le lui avait enseigné (et tel qu’Hayashi l’avait lui-même reçu de son fondateur, Mikao Usui).